Conseil bancaire

M. Roland Povinelli attire l’attention de M. le ministre de l’économie et des finances sur le conseil en placement des grands réseaux bancaires. 

Une enquête de « 60 millions de consommateurs » a visé les neuf plus grands réseaux bancaires. Un client se présentait en demandant à placer 60 000 € provenant d’un héritage, précisant bien qu’il ne souhaitait prendre aucun risque avec ce capital de départ.

L’enquête a démontré que les conseillers pèchent souvent sur la collecte d’informations. Ils n’interrogent pas assez le client sur sa situation financière. Comment peuvent-ils être pertinents en ne connaissant ni les revenus, ni les dépenses de ce dernier ? Pourtant, seule la moitié des agences visitées a réclamé ces informations.

Beaucoup n’ont pas non plus tenu compte de ses souhaits. Ainsi, 54 % des clients mystère ont été poussés à prendre un risque de 5 à 10 % sur leur capital !

Autre manquement constaté un peu partout : l’information sur les placements proposés est trop souvent incomplète. Dans 36 % des cas, les banques n’indiquent même pas quelle est la disponibilité de l’épargne, information pourtant cruciale.

Par ailleurs, 157 clients mystère se sont vu proposer une assurance-vie, mais un tiers d’entre eux n’ont pas compris de quel type de contrat il s’agissait. Enfin, dans 45 % des cas, ils ont dû réclamer le montant des frais de cette assurance-vie, les professionnels rechignant à le donner spontanément.

Il lui demande quelle est la position du Gouvernement sur ces dysfonctionnements en matière de conseil bancaire.

En attente de réponse du Ministère de l’économie et des finances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *