Que la proximité reste à l’échelon communal!

Marylise LEBRANCHU, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique était  à Marseille la semaine dernière pour s’adresser aux maires des Bouches du Rhône et leur exposer les pistes du Gouvernement  sur le projet métropolitain.

Ma position est toujours la même : je suis, au même titre que l’immense majorité des élus du département, opposé à une Métropole intégrée qui confisquerait aux communes la plupart de leurs compétences, au détriment de nos administrés.

Si la Ministre semble avoir entendu notre position (« La commune ne disparaîtra pas, pas plus ici qu’ailleurs en France. Le rôle de maire sera naturellement préservé (…) les maires continueront à délivrer les permis de construire »), nous restons vigilants.

Cette aire métropolitaine devra fédérer autour de projets d’intérêt métropolitain (développement économique, innovation et recherche, enseignement supérieur et culture, aménagement de l’espace et transports) tout en laissant le soin aux communes de gérer ce qu’elles savent faire de mieux : la proximité.

La Ministre a indiqué que le calendrier prévu par le Gouvernement sera respecté: le texte sera écrit à partir du mois de janvier 2013. Les délais sont donc courts et nous devons proposer, échanger, être écoutés et démontrer que le travail effectué par les présidents d’intercommunalité sur la proposition d’un pôle métropolitain n’était pas vain.

Cette alternative était un bon compromis, nous étions sur la bonne voie mais il est peu probable qu’elle soit, selon la Ministre, retenue par le gouvernement. Je le dis très clairement, peu importe le nom que portera cette nouvelle structure, dès lors que la proximité reste à l’échelon communal, je ne m’y opposerai pas.

Il en va du respect des attentes de nos administrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *