Non au déplacement des avions bombardiers d’eau !

J’ai adressé un courrier au Préfet des Bouches du Rhône afin de lui exposer mon mécontentement face au déplacement des canadairs basés jusqu’à présent à Marignane et transférés prochainement à Nîmes.

Monsieur le Préfet,

Durant l’été 2016, les massifs forestiers, les personnes et les biens de notre département ont malheureusement subi les lourdes conséquences des incendies. Près de 5 000 hectares d’espaces naturels, exceptionnels par leur biodiversité, détruits en quelques semaines, sans compter le traumatisme des personnes sinistrées.

Comme vous le savez, la stratégie de lutte qui a fait ses preuves au cours de ces dernières décennies, consiste à agir très vite et de manière massive sur le feu, avec un maximum de moyens aériens.

Le choix d’installer les avions bombardiers d’eau sur l’aéroport de Marignane avait été très judicieux car il présentait le double avantage d’avoir de l’eau à proximité pour l’écopage des canadairs (étang de Berre), et d’être situé à proximité des massifs littoraux des Bouches-du-Rhône et du Var, qui sont les départements les plus boisés, les plus secs et les plus peuplés durant la période estivale.

Un certain nombre de pilotes, dont je salue le courage et le dévouement, s’exerce d’ailleurs régulièrement sur la Commune d’Allauch. Leur présence est très rassurante et a permis à plusieurs reprises d’arrêter des débuts d’incendie.

C’est la raison pour laquelle il me paraît catastrophique, pour le département et pour la Commune d’Allauch, de déplacer les 26 avions bombardiers d’eau sur la nouvelle base aérienne de Nîmes-Garons. Cela va désorganiser le dispositif mis en place depuis un demi-siècle et mettre en péril nos massifs forestiers par une augmentation de 20 minutes des délais d’intervention.

Au vu du réchauffement climatique et des conditions météo de plus en plus défavorables, et dans un souci de sécurité des biens, des personnes et de préservation de nos espaces naturels, il est indispensable que les services de secours au sol disposent des moyens aériens en moins de 10 minutes pour maitriser un départ de feu.

Je vous saurais donc gré de bien vouloir alerter Monsieur le Ministre de l’Intérieur afin que la meilleure décision soit prise pour garantir une défense incendie cohérente et efficace dans l’intérêt de la population et des massifs forestiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *