Mon Portrait

ROLAND POVINELLI

Maire d’Allauch depuis le 5 octobre 1975. (Réélu en 1977, 1983, 1989, 1990, 1995, 2001 et 2008).
Sénateur depuis le 21 septembre 2008. (Actuellement membre de la Commission des Affaires étrangères)
Vice-président de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole depuis 2001.

 

 

 

 Il fût également :

Conseiller Municipal d’Allauch le 17 septembre 1972 sur la liste d’Union de la Gauche lors de l’élection complémentaire.
Conseiller Général de 1992 à 2008.
Vice-président du Conseil Général des Bouches du Rhône en 1998.
Conseiller Régional en 1977 et 1995.
Député suppléant en 1988 et 1993.

Une confiance renouvelée depuis trente six ans

Passionné de politique depuis toujours, Il commence par diriger une section socialiste marseillaise. En parallèle, il mène une carrière de cadre administratif au sein de la Caisse d’Epargne, place Estrangin en plein centre ville.
Il rejoint Allauch à l’aube des années 70, sera élu Maire en 1975 et a la particularité, depuis, d’obtenir la confiance des allaudiens au premier tour de chaque échéance électorale.

L’environnement, un combat de toujours

Allauch, telle qu’elle est aujourd’hui, ne serait rien sans le travail de Roland POVINELLI. Quelque soit le quartier où l’on se trouve, il est possible de constater à quel point l’urbanisation a été maîtrisée dans le but, toujours, de préserver les espaces naturels et un habitat à l’échelle humaine.

Sur les  5 250 hectares de la commune (représentant la moitié de la superficie de la ville de Paris), 4 000 hectares ont été préservés en zones naturelles par Roland POVINELLI.

Ce dernier s’est d’ailleurs battu pour que le Domaine de Pichauris, espace naturel de plus de 1500 hectares où furent tournés « La gloire de mon père » et « Le château de ma mère »  de Marcel Pagnol, soit acheté par le Conseil Général et fasse ainsi partie du domaine public.

Cette maitrise du sol a permis de contrarier les prévisions d’évolution démographique des organismes d’Etat et de préserver ainsi, un cadre de vie idéal. Ces derniers prévoyaient en effet, dès les années 60, une population pouvant aller de 60 000 à 80 000 habitants à l’aube des années 2 000.

Symbole de ses combats avant-gardistes, la lutte contre les panneaux publicitaires. Point essentiel du Grenelle 2 de l’Environnement, cette problématique est pourtant à mettre au passé à Allauch et constitue un exemple marquant de la volonté de Roland POVINELLI de maintenir le meilleur cadre de vie pour ses administrés. Ces panneaux, en effet, créaient une pollution visuelle et dénaturaient l’écrin de verdure allaudien. La volonté municipale était, de longue date, de les faire enlever. C’est désormais une réalité, cas unique pour une commune de cette taille.

Toujours en matière d’environnement, Roland POVINELLI a obtenu à deux reprises que des projets d’autoroutes (B55 et S08), qui auraient défiguré Allauch, ne soient pas réalisés.

Mais le cadre de vie ne se limitant pas à l’environnement préservé, les services et les équipements de qualité, vétustes ou inexistants en 1975, sont autant d’attraits faisant aujourd’hui d’Allauch un lieu de vie exceptionnel.

Une modernisation de sa commune dans tous les domaines

Dès leur plus jeune âge et jusqu’au crépuscule de leurs vies, les Allaudiens bénéficient de crèches, d’écoles entretenues, d’un collège et très bientôt un lycée moderne, de garderies du matin et du soir, de nombreuses activités pour les personnes âgées, de maisons de quartiers, d’équipements sportifs et culturels (gymnases, courts de tennis, piscines, terrains de proximité, un magnifique Théâtre de nature, bibliothèque, Musée), d’une vie associative dynamique donnant lieu à de nombreuses fêtes traditionnelles et modernes ainsi que de nombreux autres services publics municipaux de qualité comme la Maison de l’Emploi.

Conscient de l’importance d’un hôpital moderne au sein d’une commune de 20 000 habitants, Roland POVINELLI s’est battu, entre autres causes, pour améliorer les capacités d’accueil des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des personnes handicapées. Un projet d’établissement 2009/2013 HANDICAP ET ALZHEIMER a permis la réalisation d’une maison d’accueil spécialisée pour personnes adultes dépendantes atteintes de maladies neurologiques ainsi que l’ouverture d’une « unité Alzheimer », avec l’objectif d’améliorer l’accompagnement de ce public spécifique.

L’homme, connu pour son dynamisme et sa passion pour Allauch suscite toujours la même confiance chez ses concitoyens, mais pas seulement.

Sénateur depuis 2008, il se bat pour un véritable statut des élus et la survie des communes

Ainsi, depuis 2008, Roland POVINELLI est Sénateur des Bouches du Rhône. Fort en propositions (il a déposé 10 propositions de lois depuis 2008), il s’est ainsi battu sans relâche contre la Réforme Territoriale dans le but de maintenir, entre les mains des municipalités, les compétences nécessaires au maintien de la proximité entre élus et administrés. L’une de ses propositions de lois vise ainsi à permettre aux communes de quitter une communauté urbaine pour rejoindre l’intercommunalité de son choix, lorsque son territoire se situe dans sa continuité territoriale et ce, au regard du principe constitutionnel de la Libre Administration des collectivités territoriales.

Autre combat du Sénateur, le Statut de l’élu. Au-delà des nombreuses questions écrites adressées au Gouvernement, Roland POVINELLI a ainsi déposé, en 2011, un grand nombre d’amendements à une proposition de loi visant à améliorer les conditions d’exercice du Mandat local. L’un d’entre eux, prévoyant l’octroi de crédits d’heures à tous les élus, sans conditions démographiques, a été voté et est actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale. Il a également déposé une loi sur ce thème en septembre 2012.

La cause animale, un thème qui lui tient à cœur

Enfin, Roland POVINELLI s’est élevé, en 2011, pour défendre la cause animale à travers quatre propositions de loi parmi lesquelles l’inscription au Code Civil d’un véritable statut de l’animal, reconnaissant son caractère vivant et sensible, et l’interdiction de la corrida et des combats de coqs sur le territoire national.

Tous ces exemples, parmi tant d’autres, sont la preuve qu’une ville qui rayonne en 2013 est le fruit d’un long travail, celui d’un homme, Sénateur-Maire recueillant l’assentiment et la sympathie de ses administrés depuis trente six ans, avec le concours de ses équipes municipales successives, et qui n’a eu, pour seule préoccupation, que la préservation et le devenir d’Allauch et des Allaudiens.