Le Vrai du Faux

Finances (2)

La commune d’Allauch est surendettée.

FAUX ! Pour Allauch, le total des emprunts s’élève à 17,4 millions d’euros. Sa dette par habitant est de 922 euros, soit à un niveau inférieur à la moyenne des communes de même strate qui est de 955 euros. Dans des villes comme Marseille (2013 €/hab), Arles (1895 €/hab), Aubagne (2746 €/hab), Auriol (1465 €/hab) ou la Ciotat (1895 €/hab), la dette par habitant y est bien plus élevée.

Ayant subi comme d’autres communes un contrôle de la Chambre Régionale des Comptes, cette dernière note que « les efforts conduits par la commune, à la fois sur le plan fiscal et concernant certaines dépenses de fonctionnement, lui ont permis de dégager une capacité d’autofinancement (ce qu’il reste une fois que toutes ses charges déduites pour investir et équiper la ville) disponible positive ». Rajoutant même que « la commune d’Allauch n’est pas restée inactive en matière de gestion de sa dette ».

Ce n’est sans doute pas un hasard si la Chambre Régionale des Comptes a recruté celui qui, jusqu’en novembre 2013, était Directeur Financier de la commune, remplacé depuis par un expert financier de trés grande qualité.

Les habitants de Marseille 7ème et de Plan de Cuques payent moins d’impôts.

Vrai, Mais à nuancer ! Le cadre de vie des allaudiens est sans égal. Propreté, sécurité, environnement, multitudes de services publics et d’équipements culturels et sportifs, cinq maisons de quartiers… Les raisons d’habiter Allauch sont nombreuses et ce n’est pas pour rien si les nouveaux arrivants sont chaque année plus nombreux.

Mais surtout, si le taux d’imposition à Allauch est voté par le Conseil Municipal au regard de ses nombreux services publics, la valeur locative (base d’imposition) est déterminée par les services fiscaux et tient compte de votre cadre de vie. Si cette base est élevée à Allauch, c’est que la qualité de vie est supérieure aux autres communes. Pour tout cela, le conseil municipal  a choisi, depuis deux ans, de voter une  baisse de 1% des taux d’imposition communaux et s’est prononcé pour une politique d’abattement et de réduction fiscale maximale. (236 € d’impôts de moins pour le contribuable allaudien moyen en 2013)

Dans ce contexte, vos biens immobiliers prennent chaque année de la valeur et en cas de vente, les plus-values sont souvent très fortes.

Enfin, certains adversaires de Roland POVINELLI prennent en exemple Plan de Cuques et le 7ème arrondissement de Marseille. Ce qu’ils ne vous disent pas, c’est que de nombreux plan de cuquois sollicitent chaque année les services municipaux d’Allauch pour intégrer les équipements sportifs, culturels et les activités qui s’y rapportent. Pour ce qui est du 7ème arrondissement, bastion électoral de Gaston DEFFERRE, où il n’y a aucune piscine municipale (seulement une piscine privée),  il s’agit surtout du secteur où les taux d’imposition sont les plus bas de Marseille…

Roland Povinelli (3)

La longévité du Sénateur Maire, une faiblesse pour Allauch ?

FAUX ! Allauch est à un tournant de son histoire. Avec la future Métropole, Allauch aura besoin d’un Maire d’expérience, qui sache s’opposer à toutes les pressions politiques de droite comme de gauche, pour défendre Allauch et le cadre de vie des Allaudiens.

Pour qu’Allauch ne devienne pas un quartier de Marseille, le futur maire devra connaitre les dossiers de la commune et les aspirations de ses administrés.

Aujourd’hui, qui  s’est opposé à la Métropole et aux ambitions débordantes de Marseille comme Roland POVINELLI ? Personne !

L’expérience est une vertu nécessaire mais elle ne se décrète pas. Pour Roland POVINELLI,  elle s’est construite sur plusieurs mandats et lui a permis de  devenir Sénateur des Bouches du Rhône. Son mandat de parlementaire  lui ouvre aujourd’hui plus aisément les portes des ministères dès lors qu’il s’agit de débloquer un grand projet pour Allauch, tel que le futur Lycée.

Si Allauch n’est pas une grande ville, elle est tout de même  une commune de 20 000 habitants. Son administration n’est pas aisée et nécessite une grande connaissance des dossiers et du milieu territorial, ce dont dispose Roland POVINELLI.

Un nouveau Maire aura besoin de six ans d’apprentissage, six années perdues pour la commune !

Roland POVINELLI a un double langage, selon qu’il soit au Sénat ou à Allauch…

FAUX ! Roland POVINELLI a toujours défendu Allauch en priorité. Que le Gouvernement soit de gauche ou de droite, il s’est toujours positionné au regard de ses convictions les plus profondes. Pour preuve, il s’est opposé à la Métropole voulue à la fois par Nicolas Sarkozy et François Fillon et par François Hollande et Jean-Marc Ayrault. En minorité au sein de son propre groupe au Sénat, il n’a pas hésité à faire passer en priorité les intérêts d’Allauch.

Toujours fidèle à ses convictions personnelles, il n’a pas suivi la ligne édictée par son parti en votant contre le texte relatif au Mariage pour Tous. Enfin, pour vous défendre au mieux, il s’est montré défavorable à la loi sur le non-cumul des mandats, jugeant que la Maison des Communes qu’est le Sénat devait être constituée d’élus de terrains, ancrés localement.

Son seul combat, c’est préserver Allauch. Sa ligne de conduite, le courage de ses opinions.

Roland POVINELLI est opposé à l’intercommunalité.

FAUX ! Roland POVINELLI ne s’est jamais opposée à l’intercommunalité. Bien au contraire, en 1993, il fût à l’origine de la création de la Communauté de Communes « Marseille Provence Métropole », composée des villes d’Allauch, de Marseille, Marignane et Saint-Victoret, forme d’intercommunalité au sein de laquelle l’indépendance de chaque commune était préservée.

Lorsqu’il s’agit de mutualiser des moyens pour de grands projets, il est évident que l’intercommunalité s’impose. Allauch ne pourrait, seule, faire construire un aéroport ou  une université. Pour ce qui est de la proximité (urbanisme, propreté des rues, goudronnage des routes…), ces compétences doivent rester entre les mains des maires et de leurs conseils municipaux qui connaissement, mieux que quiconque, les besoins et attentes de leurs administrés.

C’est en cela que Roland POVINELLI s’est opposé à l’intégration forcée d’Allauch dans la communauté urbaine MPM hier, et dans la future Métropole aujourd’hui.

Sécurité (2)

Les nouveaux agents de sécurité sont inutiles et n’ont pas les moyens d’agir.

FAUX ! Quinze  agents de sécurité ont été recrutés en fin d’année 2013. Postés aux 7 entrées de la commune, ils ont pour mission première la prévention. Ils constituent un précieux renfort à la Police Municipale, qu’ils avertissent en temps réel au moyen de radios et de téléphones portables dont ils disposent tous.

En seulement quelques semaines, leur présence, tant rassurante que dissuasive a permis, grâce à leurs signalements, des arrestations en flagrant délit et d’éviter de nombreux actes de délinquance  sur notre commune.

Les policiers municipaux sont mal équipés…

FAUX ! Seulement  1/3 des communes similaires à Allauch (superficie, population) équipe leurs policiers municipaux d’armes de 4ème catégorie.

A Allauch, la police municipale est dotée d’une brigade motorisée et d’armes de 4ème (revolvers) et de 6ème catégorie (bâton de défense de type « tonfa », bombes aérosol incapacitantes).

Concrètement, 24 agents patrouillent sur le terrain entre 6h du matin et 3h du matin, aidés dans leur action par le réseau de vidéo protection (25 caméras plus extension en cours). Ainsi, Allauch compte12 policiers municipaux pour 10 000 habitants, alors que le ratio dans le reste de la France, pour des villes de même taille, est seulement de 4 pour 10 000 habitants,  soit 3 fois moins.

Surtout, Allauch est la commune la plus sûre du département en dépit de sa proximité avec Marseille. Pour exemple, même au-delà des Bouches du Rhône,  à Orange, où le maire d’extrême-droite affirme que la sécurité est sa  priorité, 52 délits pour 1 000 habitants sont recensés contre seulement 16 à Allauch, soit 3 fois moins.