La vérité sur « l’affaire TERRASSON »

La vérité sur l'affaire Terrassons

Vous avez peut être entendu parler de la « grève de la faim …» entamée par Véronique TERRASSON, au sujet de l’accès à son terrain, dont certains médias se sont fait l’écho.
Madame Lucie COHEN DESBLANCS, responsable du groupe d’opposition « Allauch le Renouveau », cherchant tout prétexte pour s’opposer à la municipalité en place, a cru bon de récupérer politiquement cette situation en distribuant des tracts dans la commune.
Son attitude durant toute la campagne électorale a été des plus malsaine et immorale. Elle a d’ailleurs été mise en examen le 21 mai 2015 pour atteinte à l’honneur ou à la considération à l’encontre d’un dépositaire de l’autorité publique et pour atteinte à la mémoire des morts. Tout porte à penser qu’elle ne serait pas étrangère à des lettres anonymes dénonciatrices adressées aux services de police, qui ont conduit à une perquisition dans les locaux de la mairie.

Bien entendu, Madame COHEN DESBLANCS défend une personne qui est propriétaire d’une maison construite sans permis car elle même a agrandi sa maison à Pichauris, construit une piscine et érigé un mur de deux mètres de haut autour de sa propriété sans autorisation ni permis. On comprend qu’elle défende une personne ayant commis les mêmes délits qu’elle.
Un comité de soutien à Véronique TERRASSON a également été créé par un habitué du genre, qui se veut le défenseur de la veuve et de l’orphelin et qui demeure à … Septèmes Les Vallons. On l’appelle « l’illuminé de Septèmes ».
Devant les contre-vérités avancées et l’attitude mensongère de Madame COHEN DESBLANCS, nous tenons simplement à rappeler que la commune d’Allauch doit respecter la Loi et le Droit, comme devrait le faire tout bon citoyen, surtout lorsqu’il est élu.

FAISONS UN PETIT HISTORIQUE

Le père de Véronique TERRASSON, alors employé municipal…, avait bâti à la fin des années 70, sans aucune autorisation, une maison en pleine colline avant que le cimetière des Claous ne soit construit.
Seul un petit chemin, à travers la colline, lui permettait d’accéder à cette maison.

Il a ensuite vendu cette bâtisse il y a une douzaine d’années, en oubliant de préciser à l’acheteur qu’aucun permis de construire n’avait été délivré. Puis, sous cette maison, il a réalisé des boxes à chevaux et des poulaillers, toujours sans autorisation.
Madame TERRASSON, sa fille, a alors transformé ces constructions en maison d’habitation, toujours sans permis. Cette construction illégale est implantée sur un terrain de près de 7 000 m2, situé dans la colline, dans une zone classée au Plan Local d’urbanisme en tant que zone de protection stricte de la nature.
Madame TERRASSON et ses amis mentent et prennent les Allaudiens pour des imbéciles quand ils disent que la mairie fait tout ça pour acheter le terrain de Madame TERRASSON afin que des promoteurs puissent construire. C’est entièrement faux. Les collines sont totalement inconstructibles. Elle ment encore quand elle dit habiter cette maison. Elle est locataire d’un appartement social à Pié d’Autry Bâtiment 1. Logement qu’elle a obtenu grâce à l’aide de la municipalité.

Lors de la construction du cimetière des Claous en 1988, la famille TERRASSON ne pouvant plus passer à travers le cimetière avait demandé à la mairie de construire un chemin de lutte contre l’incendie (DFCI). Ceci a été fait et a garanti le passage indispensable des pompiers en cas d’incendie et à la famille d’accéder à sa maison sans devoir passer par le cimetière. La Commune n’était pas obligée d’ailleurs de réaliser ce chemin, mais l’avait fait par souci d’humanité.
Or, ce chemin s’arrête à la hauteur de la maison de Monsieur TERRASSON père.
Cette maison ayant été vendue, les rapports entre Madame TERRASSON et les nouveaux propriétaires se sont dégradés du fait des procès que Madame TERRASSON lui fait sans cesse, en particulier au sujet d’une piscine.

Du fait de son conflit de voisinage, Madame TERRASSON a sollicité auprès de la Commune l’attribution d’une servitude de passage par le cimetière des Claous. Cette servitude est juridiquement impossible. Nous avons demandé aux nouveaux propriétaires s’ils souhaitaient que nous continuions ce chemin jusqu’à la maison de Madame TERRASSON afin qu’elle puisse pénétrer chez elle. Refus total des voisins.
De ce fait, pour accéder à sa propriété, Madame TERRASSON, sans aucune autorisation de la mairie, traverse jours et nuits le cimetière des Claous pour nourrir ses animaux.

Le cimetière étant un lieu de recueillement, de prière et de silence, la mairie a été contrainte de mettre un terme à cette situation, pour des raisons de sécurité et de respect de nos défunts.
Alors que ce litige est d’ordre privé et ne concerne pas la mairie, Madame TERRASSON a estimé utile de faire délivrer une assignation devant le Tribunal de Grande Instance à l’encontre de la Commune afin d’obtenir une expertise.
Mesdames COHEN DESBLANCS et TERRASSON, ont par ailleurs demandé à la mairie de construire une nouvelle voie dans les collines afin que cette dernière puisse rentrer chez elle. Coût pour la commune : 400 000 € !
La mairie n’entend pas faire peser une telle dépense sur le contribuable allaudien.

Nous tenions à vous fournir l’ensemble de ces informations afin de rétablir la vérité sur cette situation. Nous sommes ainsi dans l’attente de la décision de justice à venir.

3 réflexions au sujet de « La vérité sur « l’affaire TERRASSON » »

  1. Vu ce qui a été dit précédemment sur ces personnes, je pense que vous avez raison de ne pas construire cette voie, encore des frais pour la commune que les gens n’ont pas à supporter.

  2. Comment les notaires qui ont participé a la vente et l achat de la maison ont pu laissé passer cela ? Madame terrasson s en-tête dans les erreurs de son père mais est-elle responsable de cette situation ? Ou est la maman ? Qui est enterré dans ce cimetière qui l’oblige a passer dedans ? … Pourquoi avoir laissé cette maison se construire sans permis ? L humanité est aussi de dire non … Mais en proposant une solution acceptable … puisque cette personne ne vit pas dans sa maison qui n a jamais été la sienne mais vit dans un logement social … pourquoi ne pas transformer cette maison en logement social et inviter madame terrasson a y vivre …. 400 000 euros c est trop et passer dans un cimetière aussi … Par contre je crois bien qu’ au bout de trente ans une construction illicite devient licite …. enfin que chacun prennent ses responsabilités ( notaire compris ) et espérons qu’ un pont puisse se construire pour sortir du tunnel. ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *