Conditions de sortie d’une communauté urbaine

M. Roland Povinelli attire l’attention de M. le ministre chargé des collectivités territoriales sur les conditions de sortie d’une communauté urbaine.L’article L. 5211-19 du code général des collectivités territoriales opère une distinction entre les communautés urbaines et les autres établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI) puisque pour les communautés urbaines, la sortie d’une commune est impossible. La législation actuelle provoque ainsi des réticences pour certaines communes, notamment rurales, qui craignent en s’engageant dans une intercommunalité à fiscalité propre ou en autorisant la transformation d’une intercommunalité de ne jamais pouvoir en sortir. Il est par ailleurs fréquent que des communes de taille moyenne renoncent à autoriser la transformation d’une communauté d’agglomération en communauté urbaine aux motifs que cette transformation aura pour conséquence d’engager la dite commune ad vitam aeternam. Cette législation crée donc une inégalité manifeste entre les différentes formes d’intercommunalités puisque les villes engagées dans une communauté urbaine ne peuvent en sortir alors que les villes engagées dans les autres structures le peuvent. Toutes les communes, quelle qu’en soit l’intercommunalité, doivent être placées sur un pied d’égalité. Au-delà de cette mesure contrevenant totalement au principe de libre administration des collectivités territoriales, il apparaît indispensable de contrebalancer cette loi injuste par la possibilité, pour une commune souhaitant rejoindre une autre intercommunalité dans la continuité de son territoire, de se retirer de la communauté urbaine à laquelle elle appartient. Il lui demande de bien vouloir lui dire quelle solution il envisage afin de corriger cette inégalité.

En attente de réponse du Ministère chargé des collectivités territoriales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *