COMMISSARIAT : NOUS AVONS GAGNE ! MERCI A TOUTES CELLES ET A TOUS CEUX QUI SE SONT MOBILISES

Madame, Monsieur, Chers Administrés,

Nous avons gagné!
Le 18 novembre dernier, je vous alertais sur la menace de fermeture du commissariat d’Allauch/Plan-de-Cuques.
J’ai donc immédiatement sollicité, et obtenu, un entretien dans mes bureaux, le 25 novembre, avec Monsieur NUÑEZ, Préfet de Police, qui était accompagné de Monsieur BLOUIN, Directeur Adjoint de la Sécurité Départementale.
Monsieur le Préfet m’a indiqué que, dans l’immédiat, une réflexion était menée dans le cadre d’une réorganisation des services de policequi amènerait à fermer le commissariat tous les soirs et tous les week-ends.
J’ai rappelé à Monsieur le Préfet tous les efforts que j’ai déployés durant de nombreuses années pour faire d’Allauch une ville sûre, équipée des moyens sécuritaires les plus modernes et d’effectifs de policiers municipaux en constante augmentation. Ce qui fait d’Allauch une commune modèle en matière de sécurité alors même qu’elle se situe à proximité immédiate de quartiers sensibles de Marseille.
Monsieur le Préfet en a d’ailleurs convenu.
Ma requête a bien été entendue et il m’a confirmé qu’aucune décision ne serait prise sans que je ne sois concerté.
J’ai informé Monsieur le Préfet que je m’opposerai à tout retour en arrière en matière de présence policière sur le territoire allaudien et que je resterai très attentif à la mise en oeuvre de cette réforme.

Une manifestation, à mon initiative et à celle du Maire de Plan-de-Cuques, s’est déroulée le 1er décembre devant notre commissariat. De plus, j’ai lancé une pétition qui a recueilli des milliers de signatures d’Allaudiennes et d’Allaudiens.

Notre mobilisation a été une totale réussite puisque j’ai le plaisir de vous informer que Monsieur le Préfet m’a personnellement fait part de sa décision, ce jour, de maintenir l’ouverture du commissariat 7j/7 et 24h/24.
Je retire une grande satisfaction de ce que nous avons su, ensemble, avec force, conserver pour notre sécurité, pour notre commune et sa qualité de vie.
Je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont joints à moi pour rendre ce combat victorieux.

J’adresse également mes remerciements à Monsieur le Préfet, homme attentif aux préoccupations des élus et
des populations.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, Chers Administrés, en l’expression de mes meilleurs sentiments.

Le Maire d’Allauch
Roland POVINELLI

Photo : Roland POVINELLI, Maire d’Allauch, avec avec Monsieur NUÑEZ, Préfet de Policephoto-2

NON A LA MENACE DE FERMETURE DU COMMISSARIAT ALLAUCH/PLAN-DE-CUQUES

NON A LA MENACE DE FERMETURE DU COMMISSARIAT ALLAUCH/PLAN-DE-CUQUES

Madame, Monsieur, Chers Administrés,

Scandaleux ! Nous apprenons que le Préfet de Police, sous les directives du Ministre
de l’Intérieur Bernard CAZENEUVE, projette le transfert de près d’une cinquantaine
de policiers du Commissariat d’Allauch/Plan-de-Cuques vers les commissariats de
Marseille.
Ces dispositions auraient pour effet immédiat, de voir notre commissariat réduit à 4 ou
6 fonctionnaires chargés seulement d’enregistrer les dépôts de plainte et de régler les
affaires administratives.
Lorsque j’ai été élu aux fonctions de Maire en 1975, Allauch dépendait d’une Brigade de
Gendarmerie, composée de 12 gendarmes tandis que la Commune était dotée uniquement
d’un garde champêtre.
En 2003, j’ai obtenu du Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, que s’ouvre
un commissariat de police avec un effectif de 68 fonctionnaires.
Il faut rappeler que la sécurité et le maintien de l’ordre public relèvent de la
responsabilité de l’Etat, dans le cadre de ses pouvoirs régaliens.
Pour Allauch, j’ai toujours fait le choix de la sécurité avec une police municipale qui a vu
ses effectifs croître d’année en année, pour atteindre à ce jour le chiffre de 20 policiers
municipaux, accompagnés de 10 agents de surveillance de la voie publique et de 2 agents
administratifs.
Ces personnels sont équipés de moyens modernes, préventifs, dissuasifs et répressifs afin
de mener à bien une Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance,
7 jours sur 7 : Armement pour les policiers municipaux, caméras de vidéo protection,
brigades de nuit, brigades motorisées, VTT, Scooters.
Mais tout cela a un coût, alors qu’aucune loi ne m’oblige à créer un service de police
municipale.
Cela représente un effort financier pour la commune de 1 200 000 € par an. Ce qui
équivaut à environ 8.5% des recettes perçues par la Commune au titre des impôts locaux.
Autrement dit, en supprimant la police Municipale, il serait possible de diminuer les taux
d’imposition de 8.5%.
D’ailleurs, de nombreuses communes n’ont pas de police municipale.
La restructuration envisagée par la Préfecture de Police réduirait à néant tous les efforts
fournis jusqu’à ce jour.
Aux portes de Marseille, théâtre quotidien de règlements de comptes, de trafics de
drogues et autres, cela entrainerait inévitablement une augmentation des délits sur notre
commune.
En période d’Etat d’urgence, ceci revient à nous déshabiller pour habiller Marseille, au
prétexte que nous sommes des privilégiés en matière de sécurité et que nous ne sommes
pas une priorité pour l’Etat.
Ceci est inadmissible !
Je vous avais déjà alertés depuis fort longtemps sur les conséquences qu’auraient la
Communauté Urbaine puis la Métropole pour Allauch. Après nous avoir enlevé la gestion
des ordures ménagères, de la voirie, avec le succès que l’on connait… aujourd’hui on veut
nous enlever notre Police Nationale !
Le maintien du commissariat d’Allauch/Plan-de-Cuques est vital pour chacun
d’entre nous.
Il en va de la sécurité de nos familles, de nos enfants.
La sécurité a toujours été ma priorité, je dis NON à un retour en arrière :
En 1975 : 12 gendarmes. En 2017, avec cette réforme : 4 ou 6 fonctionnaires de police !!!
Je m’oppose à la fermeture programmée du commissariat.
Les pouvoirs publics doivent prendre conscience des conséquences désastreuses d’une
telle décision.
Comme chaque combat que nous avons mené ensemble, mobilisons-nous pour garder
notre commissariat.
Madame, Monsieur, Chers Administrés, avec mes meilleurs sentiments.

Le Maire,
Roland POVINELLIcommissariat