Pour que la base des bombardiers d’eau (canadairs) reste à Marignane

Chères Allaudiennes, chers Allaudiens,

Comme je vous le disais précédemment, j’ai exprimé ma profonde colère au Préfet des Bouches-du-Rhône. L’Etat a décidé, sans concertation, de déplacer les 26 canadairs de Marignane sur Nîmes. Cela va augmenter le temps d’intervention de ces bombardiers d’eau…temps précieux lorsque nos massifs et nos biens peuvent se trouver encerclés par les flammes.
Je sais que beaucoup d’entre vous partage mon opinion. Ainsi, je lance une pétition afin de faire infléchir le Ministre de l’Intérieur.

Soyez nombreux à la signer, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Je compte sur vous.

http://<div class= »change-embed-petition » data-petition-id= »10876097″></div> <script src= »https://static.change.org/product/embeds/v1/change-embeds.js » type= »text/javascript »></script>

 

Non au déplacement des avions bombardiers d’eau !

J’ai adressé un courrier au Préfet des Bouches du Rhône afin de lui exposer mon mécontentement face au déplacement des canadairs basés jusqu’à présent à Marignane et transférés prochainement à Nîmes.

Monsieur le Préfet,

Durant l’été 2016, les massifs forestiers, les personnes et les biens de notre département ont malheureusement subi les lourdes conséquences des incendies. Près de 5 000 hectares d’espaces naturels, exceptionnels par leur biodiversité, détruits en quelques semaines, sans compter le traumatisme des personnes sinistrées.

Comme vous le savez, la stratégie de lutte qui a fait ses preuves au cours de ces dernières décennies, consiste à agir très vite et de manière massive sur le feu, avec un maximum de moyens aériens.

Le choix d’installer les avions bombardiers d’eau sur l’aéroport de Marignane avait été très judicieux car il présentait le double avantage d’avoir de l’eau à proximité pour l’écopage des canadairs (étang de Berre), et d’être situé à proximité des massifs littoraux des Bouches-du-Rhône et du Var, qui sont les départements les plus boisés, les plus secs et les plus peuplés durant la période estivale.

Un certain nombre de pilotes, dont je salue le courage et le dévouement, s’exerce d’ailleurs régulièrement sur la Commune d’Allauch. Leur présence est très rassurante et a permis à plusieurs reprises d’arrêter des débuts d’incendie.

C’est la raison pour laquelle il me paraît catastrophique, pour le département et pour la Commune d’Allauch, de déplacer les 26 avions bombardiers d’eau sur la nouvelle base aérienne de Nîmes-Garons. Cela va désorganiser le dispositif mis en place depuis un demi-siècle et mettre en péril nos massifs forestiers par une augmentation de 20 minutes des délais d’intervention.

Au vu du réchauffement climatique et des conditions météo de plus en plus défavorables, et dans un souci de sécurité des biens, des personnes et de préservation de nos espaces naturels, il est indispensable que les services de secours au sol disposent des moyens aériens en moins de 10 minutes pour maitriser un départ de feu.

Je vous saurais donc gré de bien vouloir alerter Monsieur le Ministre de l’Intérieur afin que la meilleure décision soit prise pour garantir une défense incendie cohérente et efficace dans l’intérêt de la population et des massifs forestiers.

COMMISSARIAT : NOUS AVONS GAGNE ! MERCI A TOUTES CELLES ET A TOUS CEUX QUI SE SONT MOBILISES

Madame, Monsieur, Chers Administrés,

Nous avons gagné!
Le 18 novembre dernier, je vous alertais sur la menace de fermeture du commissariat d’Allauch/Plan-de-Cuques.
J’ai donc immédiatement sollicité, et obtenu, un entretien dans mes bureaux, le 25 novembre, avec Monsieur NUÑEZ, Préfet de Police, qui était accompagné de Monsieur BLOUIN, Directeur Adjoint de la Sécurité Départementale.
Monsieur le Préfet m’a indiqué que, dans l’immédiat, une réflexion était menée dans le cadre d’une réorganisation des services de policequi amènerait à fermer le commissariat tous les soirs et tous les week-ends.
J’ai rappelé à Monsieur le Préfet tous les efforts que j’ai déployés durant de nombreuses années pour faire d’Allauch une ville sûre, équipée des moyens sécuritaires les plus modernes et d’effectifs de policiers municipaux en constante augmentation. Ce qui fait d’Allauch une commune modèle en matière de sécurité alors même qu’elle se situe à proximité immédiate de quartiers sensibles de Marseille.
Monsieur le Préfet en a d’ailleurs convenu.
Ma requête a bien été entendue et il m’a confirmé qu’aucune décision ne serait prise sans que je ne sois concerté.
J’ai informé Monsieur le Préfet que je m’opposerai à tout retour en arrière en matière de présence policière sur le territoire allaudien et que je resterai très attentif à la mise en oeuvre de cette réforme.

Une manifestation, à mon initiative et à celle du Maire de Plan-de-Cuques, s’est déroulée le 1er décembre devant notre commissariat. De plus, j’ai lancé une pétition qui a recueilli des milliers de signatures d’Allaudiennes et d’Allaudiens.

Notre mobilisation a été une totale réussite puisque j’ai le plaisir de vous informer que Monsieur le Préfet m’a personnellement fait part de sa décision, ce jour, de maintenir l’ouverture du commissariat 7j/7 et 24h/24.
Je retire une grande satisfaction de ce que nous avons su, ensemble, avec force, conserver pour notre sécurité, pour notre commune et sa qualité de vie.
Je remercie toutes celles et tous ceux qui se sont joints à moi pour rendre ce combat victorieux.

J’adresse également mes remerciements à Monsieur le Préfet, homme attentif aux préoccupations des élus et
des populations.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, Chers Administrés, en l’expression de mes meilleurs sentiments.

Le Maire d’Allauch
Roland POVINELLI

Photo : Roland POVINELLI, Maire d’Allauch, avec avec Monsieur NUÑEZ, Préfet de Policephoto-2